vendredi 25 mai 2007

2. L'archéologie permet-elle d'identifier le tombeau de Talpiot avec celui de Jésus ?

Les quelque 900 tombeaux taillés dans les rochers calcaires de Jérusalem du premier siècle avant notre ère jusqu’à la destruction de Jérusalem en l’an 70 comportaient une antichambre surmontée d’un monument devant l’entrée proprement dite qui donnait accès au tombeau. Ainsi, chaque tombeau était facilement reconnaissable. Un court couloir descendait dans la chambre funéraire. Des lits funéraires étaient taillés dans les murs, et au niveau du sol des niches funéraires (loculi) accueillaient les ossuaires, lourdes boîtes en pierre dans lesquels les ossements étaient rassemblés. Vers l’an 10 avant notre ère, la coutume des ossuaires est apparue. Un an après les funérailles quand le corps était totalement décomposé, les restes des os étaient placés dans un ossuaire. Quelque fois, le nom du défunt était inscrit sur une des faces extérieures. Le tombeau de Talpiot a tous les caractéristiques d’un tombeau de cette période : il avait une antichambre avant l’entrée dont les derniers restes ont été détruits par les bulldozers, une grande chambre funéraire avec deux lits funéraires, et pas moins de 6 niches. Selon le professeur Craig Evans, 35 personnes auraient été enterrés dans ce grand tombeau, dont la moitié dans les dix ossuaires. (1) Il a servi pendant trois ou quatre générations, a donc été construit bien avant la mort de Jésus le vendredi 3 avril de l’an 33.

L’autre mode de funérailles était l’inhumation en pleine terre. (2) C’était le cas pour la plus grande partie de la population qui ne pouvait se payer un tombeau coûteux. Une tranchée était creusée avec au fond une cavité cylindrique dans lequel le corps était posé, entouré d’un linceul. La cavité était fermée avec des briques, puis la tranchée remplie de terre. Une stèle pouvait être érigée au-dessus de la tombe pour identifier l’endroit. Les restes du défunt n’étaient jamais déterrés pour être placés dans un ossuaire. L’emploi des ossuaires n’est attesté que dans le cadre des tombeaux taillés dans le roc.

Difficultés d’identification du tombeau de Talpiot comme étant celui de la famille de Jésus :

(1) La famille de Jésus n’était pas riche.
Lors de sa présentation au temple, ses parents offraient en sacrifice une paire de jeunes pigeons (Luc 2 : 23), le sacrifice des pauvres, et son père d’adoption Joseph était charpentier (Matthieu 13 : 55). Tous les renseignements dont nous disposons excluent que la famille avait les moyens de se faire tailler un caveau dans les rocs, surtout quand il est évident que ce tombeau existait bien avant que Jésus ne commence son ministère public. Il est donc exclu de compter sur la libéralité des disciples fortunés de Jésus : dans ce cas, le tombeau ne pourrait être construit que bien après l’an 30.

(2) La famille de Jésus vivait à Nazareth.
Si la famille avait eu un tombeau familial taillé dans le roc, c’est à Nazareth qu’il devait se trouver. (3) La Loi juive exigeait des funérailles dans les 24 heures après la mort (Deut. 21 : 22 – 23), il fallait donc enterrer les défunts proche du lieu du décès. Ainsi, il n’était pas envisageable du tout pour la famille de Nazareth de se faire construire un tombeau familial à plus de 100 km de distance. Le professeur Amos Kloner, archéologue responsable de la fouille du tombeau de Talpiot, déclare que la famille de Jésus était "une famille galiléenne sans liens avec Jérusalem." (4) L’archéologie nous apprend que chaque famille avait son tombeau là où elle vivait. Ainsi les rois hasmonéens avaient leurs tombeaux dans le village de Modiin proche de la côté méditerranéenne (5), et le roi Hérode le Grand, de qui l’on vient de découvrir le sarcophage, était enterré à côté de l’Hérodion, son palais au Sud de Jérusalem. (6) Les familles construisaient leur tombeau là où ils vivaient, c’est donc en Galilée qu’il faut chercher une éventuelle tombe de la famille de Jésus. D’autant que nous puissions le savoir, aucun des 900 tombeaux découverts à Jérusalem n’appartenait à une famille résidant à 50 km ou plus de la ville.

(3) L’ensevelissement du corps de Jésus dans le tombeau de Joseph d’Arimathée (Matthieu 27 : 57 – 60) exclut un tombeau de la famille de Jésus à Jérusalem.
En effet, si la famille de Jésus possédait un caveau proche de Jérusalem, c’est là que ces disciples auraient déposé son corps. Jodi Magness écrit : « Quand les Evangiles nous racontent que Joseph d’Arimathée a offert à Jésus une place dans son tombeau, c’est parce que sa famille ne disposait pas d’un tombeau taillé dans le roc et qu’il n’y avait plus de temps de creuser une tombe en pleine terre ». (7) L’abbé Emil Puech de l’Ecole Biblique de Jérusalem fait la même affirmation. (8)

(4) Le tombeau de Joseph d’Arimathée exclut toute possibilité de découverte d’un ossuaire contenant les restes de Jésus à Jérusalem.
Les tombeaux étaient d’ordre familial, c’est donc pour respecter le repos du sabbat que Joseph d’Arimathée a accueilli le corps de Jésus dans son caveau. Il n’était pas interdit de ré-enterrer un corps quelques jours plus tard. (9) Ainsi, les proches de Jésus auraient pu creuser une tombe en pleine terre quelques jours plus tard pour y déposer sa dépouille. Mais dans tel cas, les os n’étaient jamais remontés à la surface pour être placés dans un ossuaire. D’autre part, nous avons déjà attesté sous le point précédant que le tombeau de Joseph d’Arimathée exclut un tombeau de la famille de Jésus à Jérusalem. C’est étonnant : le tombeau de Joseph d’Arimathée rend toute possibilité de découverte d’un ossuaire de Jésus à Jérusalem totalement impossible !

(5) Aucune inscription des ossuaires n’indique le lieu de provenance.
Un archéologue israélien réputé, le professeur L.Y. Rahmani, a constaté que quand quelqu’un qui n’était pas originaire de la région était enterré dans un tombeau de Jérusalem, son lieu de provenance était indiquée, p.ex. « Simon de Ptolemais ». Quand le défunt provenait de Jérusalem, son ascendance paternelle était indiqué : p.ex. « Martha, fille de Hananya ». Cela veut dire que si le tombeau de Talpiot appartenait à la famille de Jésus, au moins plusieurs ossuaires devraient indiquer son lieu d’origine : Jésus de Nazareth, Marie de Magdala, … Ou aucun ossuaire ne porte la moindre indication d’une localité non-Judéenne. Cette absence totale indique que le tombeau appartenait à une famille originaire de Jérusalem !

(6) Talpiot : trop grand pour la famille de Jésus. L’essentiel de la famille de Jésus vivait en Galilée. Seul son frère aîné Jacques est venu vivre à Jérusalem, probablement avec sa famille (cf. 1 Cor. 9 : 5). Peut-être Marie a-t-elle encore vécu à Jérusalem ? Cela fait au plus une bonne dizaine de personnes, pourtant dans ce tombeau les restes de quelque 35 personnes ont été découvertes. La grandeur du tombeau ne correspond pas à la famille réduite de Jésus à Jérusalem. (10)

(7) Si Jésus était enterré dans le tombeau de Talpiot, il n’y aurait jamais eu de foi en la résurrection.
En effet, les autorités juives connaissaient le tombeau de Talpiot et à qui celui-ci appartenait. S’il avait appartenu à la famille de Jésus, c’est là qu’ils se seraient rendus dès le dimanche de Pâques. Cela ne leur aurait même pas demandé une heure pour vérifier que Jésus était couché sur un des lits funéraires du tombeau (arcosolia). En effet, ce n’était qu’un an après le décès que les ossements restants étaient placés dans un ossuaire. Tous ceux qui étaient perplexes devant le tombeau vide de Joseph d’Arimathée savaient où ils devaient chercher. Les Juifs auraient trouvé son corps et tous les rumeurs de résurrection aurait disparu à l’instant. Si le corps de Jésus se trouvait dans le tombeau familial à Talpiot, les autorités juives n’ont pas pu ne pas aller vérifier sur place et il n’y aurait jamais eu de religion chrétienne.

Appréciation :

L’ensemble des difficultés archéologiques rend l’hypothèse du tombeau de Talpiot comme tombe familiale de la famille de Jésus totalement impossible. Rien que ce que j’appelle le « Nazareth factor » est doublement tranchant : 1) le tombeau familial se trouvait là où la famille résidait : s’il y avait un tombeau familial il devait se trouver à Nazareth et 2) l’absence de toute indication du lieu d’origine sur tous les ossuaires découverts dans le tombeau de Talpiot. Sous le chapitre des calculs de probabilité, nous tiendrons compte de ces deux facteurs dont l’équipe de M. Jacobovici n’a pas tenu compte pour constater le renversement total des calculs de probabilité.

Pour que l’hypothèse de M. Jacobovici puisse être défendable, il aurait dû prétendre que Jésus et sa famille vivaient à Jérusalem. Dans ce cas il aurait pu argumenter son point de vue. Ou que lisons-nous dans la première ligne de son premier chapitre ? « La crucifixion de Jésus de Nazareth est la mort la plus célèbre de l’histoire. » (11) Il confirme bien que Jésus était originaire de la Galilée ! D’autre part, pour défendre son point de vue, M. Jacobovici aurait pu nier le passage du corps de Jésus par le tombeau de Joseph d’Arimathée. Et que lisons-nous dans le 2e paragraphe de son premier chapitre ? « Les Evangiles nous disent que son corps fut … placé dans le tombeau de famille de l’un de ses disciples, Joseph d’Arimathie. » (12) Ainsi, à la lumière des découvertes archéologiques, M. Jacobovici rend toute sa théorie impossible dès la première page de son livre !

Emile Carp

(1) Le Dr. Craig Evans, cité dans « The Jesus Family Tomb : Fact or Fiction ? » http://www.y-zine.com/tomb.htm
(2) Jodi Magness, “What did Jesus’ Tomb Look Like ?” ,The Burial of Jesus. Biblical and Archaeology Society, Washington 2007. Vous pouvez télécharger ce e-livre à l'adresse : http://jesustomb.bib-arch.org/
(3) « Has the Tomb of Jesus been Discovered », Jodi Magness, 5 Mars 2007 : http://www.sbl-site.org/Article.aspx?ArticleId=640, cf. Joe Zias, “The Jesus Family Tomb : Fact or Fiction ?”, http://www.y-zine.com/tomb.htm
(4) Amos Kloner dans le Jerusalem Post du 27/02/2007, « Ce n'est pas vraisemblable la famille de Jésus ait une tombe familiale »
http://www.mondedelabible.com/article/index.jsp?docId=2296909
(5) Jodi Magness, “What did Jesus’ Tomb Look Like ?” ,The Burial of Jesus. Biblical and Archaeology Society, Washington 2007. http://jesustomb.bib-arch.org/
(6) “On aurait découvert la tombe de Hérode”, journal Le Soir du 9 Mai 2007, p. 38
(7) Jodi Magness, “What did Jesus’ Tomb Look Like ?” p. 13 ,The Burial of Jesus. Biblical and Archaeology Society, Washington 2007. http://jesustomb.bib-arch.org/
(8) Emil Puech, L’ossuaire de Jacques, le frère de Jésus, http://www.revue-kephas.org/03/1/Puech41-46.html
(9) Jodi Magness, « Ossuaries and the Burials of Jesus and James », Journal of Biblical Literature 124/1, p. 144, 2005.
(10) Prof. R. Bauckham, The alleged Jesus’ Family Tomb, publié sur le blog de Ben Witherington, article The Smoking Gun – Tenth Talpiot Ossuary Proved to be Blank:
http://benwitherington.blogspot.com/2007/03/smoking-gun-tenth-talpiot-ossuary_9874.html
(11) Le Tombeau de Jésus, Simcha Jacobovici & Charles Pelligrino, p. 19, Editions Michel Lafon, 2007. (nous soulignons)
(12) Idem.

3 commentaires:

Heike Pitt-Killet a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Heike a dit…

Je voudrais attirer votre attention aussi sur l'oeuvre de l'archéologue spécialisé en architecture, Prof. Dr. Martin Biddle de l'université d'Oxford en Grande-Bretagne, "The Tomb of Christ" (1998). Ici il présente tous les textes faisant référence au lieu du tombeau et les résultats de sa propre recherche en survey. Il explique pourquoi l'édicule à l'intérieur de l'Eglise du Saint-Sépulchre reste le meilleur candidat pour l'endroit de l'enterrement de Jésus. Ce tombeau, bien sûr, est vide...
Dr. Heike Pitt-Killet, archéologue

Anonyme a dit…

une autre question que l'on soulève rarement. Et si Jesus n'était pas mort sur la croix mais simplement en état de mort apparente comme quelques cas récents (personne se réveillant à la morgue ou enterré vivant).
Il est sur qu"a l'époque celà aurait fait un scoop et serait passé pour un dieu. Celà expliquerait également que le lendemain le caveau soit vide, qu'il se serait présenté devant ses apotres et surtout les évangiles... Il aurait pu vivre encore quelques années ou quelques décennies avant d'être enterré dans ce caveau familial ou ailleurs. A méditer...