mardi 29 mai 2007

7. Onze bonnes raisons pour rejeter l'hypothèse du tombeau de Talpiot.

Ce texte a été révisé le 28 mars 2008. Auparavant il était publié sous le titre "Dix bonnes raisons..."
Ce mardi 29 Mai ’07, le documentaire « Le tombeau de Jésus » a été transmis par TF1. Il a été vu par beaucoup de téléspectateurs et animera bien des débats. J’ai promis à plusieurs d’entre vous d’écrire un article qui résume quelques raisons principales pourquoi nous affirmons que ce tombeau n’a rien à voir avec un éventuel tombeau de la famille de Jésus. Pour plus de détails, lisez les autres articles.

1) La famille de Jésus était originaire de Nazareth.

Tout d’abord, il est improbable que la famille de Jésus ait disposé d’un tombeau taillé dans le roc, car seul les plus riches pouvaient se le permettre. La famille de Jésus n’en avait pas les moyens.
Et si la famille aurait quand-même eu un tombeau familial, alors c’était à Nazareth où elle résidait. Ceux qui construisaient des tombeaux le faisaient proche de la ville où ils résidaient. La découverte récente du tombeau d’Hérode en est un bon exemple. Le défunt devait être enterré dans les 24 heures après le décès : impossible de parcourir les plus de 100 km de Nazareth à Jérusalem pour y être enterré. S’il y avait un tombeau familial, c’était en Galilée.

2) L’ensevelissement dans le tombeau de Joseph d’Arimathée prouve que la famille de Jésus n’avait pas de tombeau à Jérusalem.

Si la famille de Jésus disposait d’un tombeau à Jérusalem, c’est là qu’il aurait été enterré. Le fait que son corps ait été placé dans le tombeau de Joseph d’Arimathée, prouve que la famille de Jésus n’avait pas de caveau dans les alentours. D’autre part, la loi juive permettait de se servir temporairement d’un caveau avant d’enterrer le défunt ailleurs. Sans tombeau familial dans les alentours, les disciples auraient pu enterrer le corps de Jésus en pleine terre quelques jours plus tard. Mais dans ce cas, les os n’étaient jamais déterrés pour être placé dans un ossuaire. L’ensevelissement du corps de Jésus dans le tombeau de Joseph d’Arimathée (admis par tous), rend toute découverte d’un ossuaire de Jésus à Jérusalem totalement impossible !

3) L’ossuaire de « Mariamenou » n’a pas appartenu à Marie-Madeleine.



L’étude récente du professeur Pfann lit l’inscription « Mariame et Mara ». « Mariame » est une variante du nom « Marie » portée par 21,4 % des femmes, et « Mara » est une abréviation de « Martha », nom porté par 6,1 % des femmes. Il s’agit donc d’un ossuaire ayant contenu les restes de deux femmes décédées à des moments différents. A Jérusalem, des milliers de femmes s’appelaient « Marie ». Rien n’indique l’origine araméenne de Migdal d’où provenait Marie-Madeleine, rien n’indique son milieu araméen (l’inscription est en grec).
M. Jacobovici se base sur les Actes de l’apôtre Philippe pour identifier l’ancienne lecture « Mariamenou » à « Mariamne » qui, selon lui, n’est autre que Marie-Madeleine. Cette identification pose plusieurs problèmes : Marie-Madeleine aurait été plus que centenaire puisque "Mariamne" est décédée après l'an 105 de notre ère, et comment peut-elle avoir été placée dans un ossuaire à telle date tardive, car cette pratique a disparu depuis la destruction de Jérusalem en l'an 70 (affirmé par les auteurs, p. 39) ! D’autre part, cette « Mariamne » était supérieure aux autres apôtres car elle ne s’est pas livrée à la procréation ! Son image ne correspond donc pas à l'épouse de Jésus ou à la mère de Juda. Finalement, l’affirmation de son décès à Jérusalem par M. Jacobovici est fausse (p. 275) : les Actes de Philippe (Martyre 42, p. 240) mentionnent uniquement que "Marianne (partit) vers le fleuve Jourdain.".

4) L’ossuaire de « Mariah » n’a pas appartenu à Marie la mère de Jésus si le nom est d'origine latine.

Les auteurs prétendent que l’inscription du nom « Mariah » est la version latine du nom biblique Myriam en lettres hébraïques. Dans les Evangiles, Marie est pourtant souvent nommée de son nom hébraïque « Mariam ». C’est ainsi qu’on l’appelait manifestement dans la vie de tous les jours (cf. Matthieu 13 : 55). En Israël il n’y avait pas de mini-Vatican avant la lettre qui se servait du Latin. Dans la famille de Jésus et parmi ses disciples, l’Araméen était la langue parlée. Le Latin était la langue des occupants romains : impossible que le nom de Marie ait été d’origine latine. Dans l'optique de l'origine latine de M. Jacobovici, il est exclu que cet ossuaire ait appartenu à Marie, la mère de Jésus !

5) Sur 9 noms, au plus 5 correspondent à la famille de Jésus et 4 ne conviennent pas.

Bien que le premier nom de l’inscription « Jésus fils de Joseph » soit contesté, nous le maintenons comme une possibilité. Le nom de Joseph correspond au père de Jésus, et bien que l’identification de « Josah » avec « Joses » (frère de Jésus en Marc 6 : 3) soit problématique, ce nom est une variante du nom de Joseph et nous l’acceptons. En outre, nous admettons la possibilité que le nom « Mariah » soit une translittération à partir du Grec, ce qui convient pour la mère de Jésus. La lecture « Mariamenou » est abandonnée et a été remplacée par « Marie et Mara ». Cette « Marie » peut trouver sa place dans la famille de Jésus, p.ex. la femme de Clopas, qui selon certaines traditions était le frère de Joseph (Jean 19 : 25). Etant le plus large que possible, nous trouvons au plus 5 noms qui correspondent à la famille de Jésus de Nazareth.
En même temps, le nom de l’ossuaire de « Matia » et « Juda fils de Jésus » ne correspondent pas à la famille de Nazareth. Remarquez bien que ce "Jésus" ne correspond pas à la personne de Jésus de Nazareth : nous comptabilisons son nom parmi ceux qui ne conviennent pas. Finalement, le nom de « Mara » est inconnu dans la famille de Jésus. En total 4 noms posent problème dans la famille du Christ.
Le résultat est très contrasté : 5 noms positifs et 4 négatifs ! Comment expliquer autant de noms qui ne conviennent pas dans la famille de Jésus ?

6) Aucun ossuaire n’a la moindre indication d’une origine galiléenne.

Le professeur L.Y. Rahmani, a constaté que quand quelqu’un qui n’était pas originaire de la région était enterré dans un tombeau de Jérusalem, son lieu de provenance était indiquée, p.ex. Simon de Ptolémaïs. Si le tombeau de Talpiot appartenait à la famille de Jésus, au moins plusieurs ossuaires devraient indiquer son lieu d’origine : Jésus de Nazareth, Marie de Magdala, … Ou aucun ossuaire ne porte la moindre indication d’une localité non-Judéenne. Cette absence totale indique que le tombeau appartenait à une famille originaire de Jérusalem !

7) La probabilité d’avoir trouvé le tombeau de Jésus ne se situe qu'entre 0 % et 0,94 %.

Le professeur de statistiques Andrey Feuerverger a calculé une probabilité de 1 sur 600 que ce tombeau ne soit pas celui de Jésus. Dans ses calculs de probabilité il a supposé que « Mariah » doit être identifiée à « Marie » mère de Jésus, « Mariamenou » à Marie-Madeleine et il ne tient aucun compte du doute quant au nom de « Jésus ». Nous avons corrigé le calcul par la suppression du facteur « Mariamenou » et la division par deux du facteur « Jésus » pour intégrer l’élément du doute. Nous avons ainsi obtenu une probabilité de 59,84 % que ce tombeau soit celui de Jésus.
En plus, nous devons intégrer le fait que sur aucun des ossuaires le lieu d’origine n’ait été indiqué. La logique est de multiplier le résultat de 59,84 % avec la probabilité de l’oubli du lieu d’origine sur chaque ossuaire. Nous avons retenu le chiffre le plus médian de 50 % (pour chaque inscription du lieu d’origine il y a eu un oubli sur un autre ossuaire). Dans ce cas, nous obtenons la probabilité de 59,84 % x 50 % x 50 % x 50 % x 50 % x 50% x 50 % = 0,94 %. Ce chiffre ne tient pas compte de la probabilité de la non-vérification par les Juifs dans le tombeau familial lors de la découverte du tombeau vide de Joseph d’Arimathée ainsi que d’autres facteurs. Dans tous les cas de figure, la probabilité que le tombeau de Talpiot soit celui de la famille de Jésus est inférieure à 0,94 %. Tenant compte du facteur que les Juifs auraient presque certainement vérifié dans le tombeau familial si le corps de Jésus ne s’y trouvait pas, nous pensons que la probabilité se situe entre 0 et 0,11 %.

8) Les analyses de l’ADN ne prouvent rien du tout.

Seul l’ADN mitochondrial des ossuaires de « Jésus fils de Joseph » et de « Mariamenou » a été analysé. Le résultat est que ces deux personnes n’avaient pas de relation par leur mère, ils n’étaient donc ni mère et fils, ni sœur et frère. La conclusion présentée par le livre/documentaire est qu’ils étaient mariés.

Ou, tout en respectant le résultat des analyses bien d’autres relations étaient possibles : « Mariamenou » pouvait aussi bien être demi-sœur, belle-sœur, tante, cousine du côté paternel, ou nièce par rapport à « Jésus ». Il est donc improbable qu’ils étaient mariés. Pourquoi l’ADN des autres ossuaires n’a-t-il pas été examiné, y compris celui de Jacques dont Mr. Jacobovici atteste la présence d’ossements dont les traces sont connues ? Ce travail est tout sauf un travail d’experts !

9) Si l’ossuaire de Jacques a fait partie de ce tombeau, alors il le disqualifie.

L'équipe de Mr. Jacobovici a analysé la patine des parois de l’ossuaire de Jacques, des autres ossuaires et des murs du tombeau de Talpiot pour démontrer qu’ils ont tous une signature commune. Puis il l’a comparée avec des patines d’ossuaires venant d’autres tombeaux, révélant une signature différente. Ainsi, il pense avoir prouvé que l’ossuaire de Jacques provenait du tombeau de Talpiot. Dans ce cas, la probabilité serait de 50 fois plus élevé qu’il s’agisse du tombeau de Jésus.
Il y a pourtant un grand problème. L’historien Hégésippe écrit au 2e siècle que Jacques, lapidé en l’an 62, a été enterré en pleine terre, pas dans un tombeau dans les rochers. Ces ossements n’étaient jamais déterrés pour être placés dans un ossuaire. De son temps, une stèle marquait toujours l’endroit où Jacques était enterré. C’était juste en face du temple de Jérusalem. Ou le tombeau de Talpiot se trouve à plus de 2 km de Jérusalem, à un endroit d’où il est impossible de voir la ville. Conclusion : l’ossuaire de Jacques n’est pas celui de Jacques le frère du Seigneur. S’il se trouvait dans le tombeau de Talpiot, il le disqualifie comme tombeau de la famille de Jésus !

10) Si Jésus était enterré dans ce tombeau, il n’y aurait jamais eu de religion chrétienne.


Le tombeau de Talpiot était grand et connu. Tous les habitants de Jérusalem savaient à quelle famille il appartenait. S’il avait appartenu à la famille de Jésus, c’est là que les autorités de Jérusalem se seraient rendues dès le matin de Pâques pour effectuer leurs recherches. Cela ne leur aurait pas pris une heure pour vérifier que le corps de Jésus était bien couché sur un des lits funéraires (les os étaient placés dans l’ossuaire un an plus tard). Si Talpiot était le tombeau de la famille de Jésus, les autorités juives n’ont pas pu ne pas aller vérifier sur place et il n’y aurait jamais eu de religion chrétienne.

11) Il est impensable que des disciples qui avaient volé le corps, aient proclamé avec autant de conviction la résurrection de Jésus.

Pour M. Jacobovici, les disciples auraient déplacé le corps de Jésus juste avant l’arrivée de la garde romaine. Dans ce cas, ils savaient que Jésus était toujours mort. Alors, comment ces hommes ont-ils pu proclamer avec autant de conviction la résurrection de Jésus-Christ ? Pierre l’a annoncée avec passion depuis le jour de la Pentecôte (Actes 2 : 24 – 32) et encore 30 ans plus tard (1 Pierre 1 : 3 etc…). Un médecin allemand non-chrétien, le Dr. D.F. Strauss, avoue : L’historien doit se rendre compte que les disciples croyaient vraiment que Jésus était ressuscité.
Et il y a plus pertinent : tous les 11 apôtres auraient-ils proclamé un mensonge tout le long de leur vie ? Dix d’entre eux sont morts martyrs : comment expliquer qu’aucun d’eux ne soit revenu sur ses déclarations, ne fut-ce que pour sauver sa vie ? Tous seraient mort dans le mensonge : est-ce probable, est-ce conforme à l’enseignement de Jésus (Matthieu 5 : 27, Jean 8 : 44, 14 : 6) ?


Devant toutes ces évidences, il est impossible de maintenir que ce tombeau ait contenu les restes de la famille de Jésus de Nazareth. Pas étonnant que de nombreux spécialistes ont abandonné ce Titanic en perdition. Le professeur Stephen Pfann dont le nom figure sur le site officiel du Jesus Family Tomb, est un des grands épigraphistes qui rejette avec grande compétence l’hypothèse de l’équipe de M. Jacobovici.

Pour terminer, permettez-moi de prolonger les dizaines d'heures de recherche et de proclamer : Jésus est vraiment ressuscité !

Emile Carp

25 commentaires:

Weber a dit…

Même un incrédule, si il raisonne simplement rationnellement ne peut avaler cette idiotie de la tombe du Jésus de l'éangile!

Dunia SENDWE a dit…

Merci Pasteur Carp de nous fournir des contre-arguments aux thèses développées par l'auteur de ce documentaire. Votre travail est remarquable ! Nous attendons avec impatience l'organisation d'une conférence sur ce sujet. Que Dieu vous bénisse !

Anonyme a dit…

Merci Pasteur pour ce travail éclairant!

Le documentaire comportait en lui-même assez d'approximations et de raccourcis non-fondés pour se discréditer lui-même à mon avis. Je dois dire qu'il m'a déçus par son manque évident de sérieux! Ce qui est un comble! :)
Votre travail de synthèse m'a été très utile et m'a beaucoup aidé à avoir une vue claire des arguments . Bien loin de me déstabiliser, tout ceci renforce ma foi.

Je suis certaine, que d'une façon mystérieuse, toutes ces polémiques et ces contre-vérités serviront à la gloire de Dieu...en fin de compte.

fraternellement,

Prof. Ben Witherington a dit…

Voici une lettre reçu de Ben Witherington, professeur de Nouveau Testament du Asbury Theological Seminary (Wilmore, Kentucky). Il est un des grands spécialistes sur le sujet, plusieurs fois interviewé à la TV :


Two new documentaries are in the works, one by the Inspiration Network and one by St. Ignatius Press. Both of them demonstrate at length that the Talpiot Tomb cannot possibly be the tomb of Jesus, or any other of his family members for numerous excellent reasons: 1) the inscription on the
so-called Mary Magdalene ossuary reads "Mary and Marta". It is in two
hands-- one print and one cursive and refers to the two persons buried there, neither of whom is Mary Magdalene; 2) Jesus son of Joseph was a not uncommon combination, found also on another epitaph in Jerusalem. In any case, Jesus was never called 'son of Joseph' by his family or by others who knew his family situation well-- only by outsiders and novices. 3) there are pictures verified by the US FBI as being from the 1970s of the James ossuary, but the Talpiot tomb was not dug until 1980. Therefore it cannot be from this tomb; 4) there is no missing ossuary from the Talpiot tomb-- the tenth ossuary was blank-- no decoration no isncription, as Shimon Gibson, Amos Kloner, and Joe Zias, all now say, and they were part of the original team to dig this tomb; 5) the Talpiot tomb is not a secret tomb of any kind. It is a tomb with a decorative entrance meant to attract attention; 6) all three so-called scientific tests have been completely
discredited now as the two new documentaries listed above show. There is
no such thing as patina fingerprinting, the original forensic scientist who did the statistics has repudiated the Discovery Channel conclusions, and the DNA test proved nothing--- there are many reasons for a non-positive test of matrilineal DNA from a single tomb and none of them require that these two persons be married. This is a multigenerational tomb.

Blessings,

Ben W.

france a dit…

Ma profonde reconnaissance au Pasteur Carp pour son Blog et son brillant travail de recherche fidèle à la Bible. Il expose avec une remarquable clarté, avec force et n’a pas peur de se « mouiller »Il fait partie de ces Hommes qui ont quelque chose à dire et veut témoigner de sa foi vivante en Jésus le ressuscité qui vit et qui revient. Profitons de son expérience, de son talent, pour être édifiés, et faire connaître ce blog autour de nous,
car il en vaut la peine.

Bien fraternellement
Françoise

Lire 1 Corinthiens 15 versets 1 à 28 ( La Bible)

Ken M. K. a dit…

Merci Pasteur.

Je souhaite que le contenu de votre blog soit envoyé à la chaîne télé qui a diffusé le documentaire ainsi qu'aux auteurs de celui-ci, si possible. Ils en ont certainement besoin. C'est de la confrontation des idées que jaillit la lumière; même si certains semblent volontairement vouloir l'ignorer.

Anonyme a dit…

Monsieur, en etant un jeune etudiant en archeologie neutre sur la question , je peux me permettre de vous dire que les arguments utiliser dans le documentaire sur Tf1 n'etaient pas vraiment valable d'un point de vue scientifique, dailleurs les votres aussi, pourquoi ne pas faire appele a des vrai archeologues de terrain qui pourrons eux contribuer a connaitre cette vérité si dérangente pour certains(je ne sais pas si elle dérange l'église ou le journaliste) apres tout c'est pas une affaire entre un pasteur et un journaliste , sans science vous ne faite que papoté.
je vous remercie quand meme pour le travail que vous avez avancer.

Emile Carp a dit…

Cher Ami,

Le premier archéologue à consulter est Amos Kloner de l’Université Bar Ilan de Jérusalem qui a fouillé le tombeau en 1980. Il a publié le résultat de cette fouille en « Atiquot » 1998 (je ne l’ai pas eu sous la main). D’autre part, certains de ses articles sont disponibles sur l’internet en « The Burial of Jesus », notamment « Did a rolling stone close Jesus’ Tomb ». Il a aussi donné de nombreuses déclarations récentes faciles à trouver sur le net.
Un autre archéologue d’importance est le professeur L.Y Rahmani, dont nous avons cité le «Catalogue of Jewhish Ossuaries in the collections of the State of Israël » (mais je ne l’ai pas eu sous la main, introuvable dans la bibliothèque universitaire ici). C’est lui qui a remarqué que ceux qui n’étaient pas originaires de Jérusalem et qui étaient enterrés dans un des tombeaux de la ville avaient à côté de leur nom l’inscription du lieu d’origine.
Dans nos recherches, nous nous sommes aussi beaucoup appuyés sur les travaux de Jodi Magness, professeure à la University de North Carolina à Chapel Hill. Elle est spécialiste en judaisme ancien, archéologue et historienne. J'ai beaucoup apprécié ses publications. Lisez son article « What did Jesus’ Tomb look like ? » publié dans « The Burial of Jesus », et son article « Ossuaries of Jesus and James » (si vous ne pouvez pas le trouvez envoyez-moi un e-mail personnel et je vous transfère le document qu’elle m’a gentiment envoyé).
En Israël se trouve le professeur Stephen Pfann, épigraphiste de la University of the Holy Land. Il a rédigé tout une série d’articles scientifiques sur le sujet, dont certains viennent d’influencer grandement le débat (Mary Magdalena is now missing : a corrected reading of ossuaries CJO 701 and CJO 108, Stephen J. Pfann, Ph.D., University of the Holy Land, 2007.) Voici un lien utile pour y avoir accès : http://www.uhl.ac/Lost_Tomb/ Il m’écrit que tous ses études peuvent être cités avec indication claire des références.
Tous ces articles (et d’autres) des meilleurs archéologues, historiens et épigraphes ont été étudiés pour la rédaction de blog. Seule difficulté pour certains est la langue anglaise, dans votre situation d’étudiant c’est un « must ».
En vérifiant, vous verrez que nous sommes à 100 % d’accord avec vous que le travail de base est fait par les archéologues et autres spécialistes du sujet. C’est après lecture de leurs études que nous avons tiré nos conclusions.

Emile Carp

PS. Vous trouverez les liens internet dans les notes du blog.

Ariana a dit…

Cher pasteur Carp,
J'aimerais encore vous féliciter pour le travail remarquable que vous avez réalisé. Comme vous le dites, le tombeau de Talpiot sera une bonne occasion de témoigner de notre foi. Le documentaire diffusé sur TF1 m'a fort déçue. Par contre, les arguments que vous avez avancés dans ce blog m'ont appris de choses jusqu’à là méconnues. Que votre intérêt de vouloir répandre la Bonne Nouvelle et d’enseigner la vérité concernant la résurrection de Jésus–Christ nous encourage à faire de même autour de nous !

Fraternellement,
Ariana Medina

pma a dit…

Traduction (non officiel) de la lettre attribuée ci-dessus à B. Withrington à l'usage d'autres francophones:

Deux autres documentaires sont en cours de réalisation, l'un par "inspiration network" l'autre par "St. Ignatus press". Les deux démontrent de manière extensive que le caveau de Talpiot ne peut absolument pas être la tombe de Jésus (NdT Christ) , ou de quelqu'autre mebmre de sa famille pour de nombreuses et excellentes raisons:
1) L'inscription sur l'ossuaire dit de Marie Madeleine se lit "Marie et Marthe". Elle est de deux auteurs -- un nom en écriture d'imprimerie l'autre cursive -- et fait référence à deux personnes enterrés là, dont aucune n'est Marie Madeleine;
2) "Jésus fils de Joseph" n'était pas une combinaison inhabituel puisqu'également découverte sur un autre épitaphe à Jérusalem. De toutes façons, Jésus n'a jamais été appelé 'fils de Joseph' par sa famille ou par quiconque connaissant correctement sa situation familliale -- seulement par des étrangers ou des novices.
3) Il existe des photographies de l'ossuaire de 'Jean' datant des années 70 et authentifiés par le bureau fédéral d'investigation des états-unis, alors que le caveau de Talpiot n'a été découvert que dans les années 80. Ceci prouvant qu'il ne fait pas partis de cette tombe;
4) Il ne manque pas d'ossuaire dans le caveau de Talpiot -- Le dixième ossuaire était vierge -- pas de décorations, pas d'inscription. Tout du moins d'après les dires de Shimon Gibson, Amos Kloner et Joe Zias tous membres de l'équipe ayant initalement fouillé le caveau;
5) Le caveau de Talpiot n'était absolument pas secret. Il possède même une entrée ornementale déstinée à attirer l'attention;
6) Les trois tests pseudo-scientifiques ont étés totalement discrédités comme le montre les documentaires cités ci-dessus. Il n'y a rien comme des empreintes digitales antiques, les scientifiques initiaux ont désavoué les conclusion de discovery channel, et les tests ADN ne prouvent rien -- la plus part des raisons pour lesquels un test ADN matrilinéaire (NdT recherche d'un ancêtre maternel commun) dans une tombe unique peut ne pas être positive n'impliquent pas que deux personnes soient des époux. Il s'agit d'une tombe multigénérationnelle.

Bénédictions,

Emile Carp a dit…

Cher pma,

Un grand merci pour la traduction de la lettre du professeur Ben Witherington,

Emile Carp

imber67 a dit…

Cher Pasteur Carp,
Je trouve remarquable votre travail d'analyse et de recherches. De mon coté je n'ai pas d'opinion figée sur ce sujet.
Cependant je pense que Mr Simcha Jacobovici part sur un parti pris selon le quel le tombeau de Talpiot est celui de Jésus de Nazareth et qu'au contraire vous de votre coté vous êtes certain que celui-ci ne l'est pas. Je pense que vous ne pouvez ni l'un ni l'autre être très objectifs sur ce sujet, c'est en tout cas le ressenti que j'ai lorsque je lis vos articles.
On peut emmètre d'autres hypothèses qui pourraient également vous contredire. Pourquoi effectivement ne pas emmètre le fait que Jacques le frère de Jésus fût enterré en pleine terre mais du coté de "Siljan", puis exhumé en secret par sa famille pour finalement être placé dans le tombeau familiale, ce qui expliquerait les traces de terres de "Siljan".... Je pense que ce tombeau est peut-être celui de la famille de Jésus de Nazareth ou peut-être pas. Effectivement d'autres analyses ADN seraient bien venues mais dans tous les cas il y aura toujours polémique.
Sans remettre en cause le christianisme, loin de là, je pense tout de même qu'un jour l'Eglise devra prendre en compte d'autres écris notamment les manuscrit de Qumran...
Je pense que les Religions doivent évoluer avec leur temps et l'on ne peut plus penser comme l'on pensait au XVe siècle...
Le monde évolue et les religions régressent. Pourquoi tant de gens s'éloignent des religions ? Peut-être parce que celles-ci ne sont plus en phase avec le monde actuel. Un exemple : Peut-on encore nier aujourd'hui Darwin ? Tout est dit.
Je pense que le débat sur le tombeau de Talpiot n'est rien d'autre qu'un débat sur l'évolution du Christianisme. Même si l'on avait la certitude à 100% d'avoir retrouvé le tombeau de Jésus, l'Eglise nierait son existence. Certes Talpiot n'est peut-être pas le tombeau de la famille de Jésus, mais pour de nombreuses personnes, aucun tombeau ne le sera jamais...
Encore une fois je ne remets pas en cause la chrétienté mais il y a un moment ou il faut ouvrir les yeux...

Anonyme a dit…

Tant que les hommes seront soumis à leurs peurs nous ne pourrons nous approcher de la "vérité"....La seule vérité est que plus le temps passe, plus on s'éloigne de cette vérité...

Anonyme a dit…

Monsieur le Pasteur,

J'ai lu avec grand intérêt votre réfutation concernant la tombe de Jésus. Comme le dit l'un de vos intervenants, ni vos arguments, ni ceux de Mr Simcha ne sont convaincants. Il faudrait compléter et/ou recommencer l'étude. Personnellement, je suis chrétien et le fait que cette tombe soit (éventuellement) celle de Jésus ne me dérangerait pas du tout car je fait une grande différence entre la foi et les croyances. Mais vous tombez également dans le piège de la subjectivité puisque, après avoir utiliser toute votre intelligence à la réfutation, vous affirmez, en conclusion, "Jésus est vraiment ressuscité". Cette dernière affirmation peut également être sujette à caution : Mathieu n'en parle pas (impossible pour un tel phénomène), la version courte de Marc non plus, Luc n'est pas un témoin mais un rapporteur et Jean a écrit son témoignage plus de 70 ans après les faits, soit à une époque où, par Paul (pas un témoin non plus), il était instauré cette croyance. A mon avis, quand on adopte une attitude scientifique, on ne doit pas s'arrêter en chemin et l'utiliser quand ça nous arrange
et passer à un autre registre quand ça nous dérange. Ceci dit, votre blog aura au moins un avantage, c'est de donner aux gens l'opportunité de dialoguer. Vous avez réussi ... félicitation ! Que Dieu (ça, ce n'est pas scientifique non plus) vous garde. Florent

Emile Carp a dit…

Cher imber67,

Les dernières semaines ont été très chargées, c’est donc avec un grand retard que je t’envoie cette réponse.
Voici quelques éléments de réponse :
1) Je crois effectivement que personne dans le monde n’est à 100 % objectif dans ses analyses car chacun a ses présupposés qui influencent son appréciation. Dès le départ, mon approche a été de vouloir examiner les arguments du Monsieur Jacobovici à la lumière des spécialistes en épigraphie, archéologie, histoire et autres disciplines. Mon souci a été de chercher la vérité, car – et c’est là un de mes présupposés de départ – le Dieu de la Bible est le Dieu de la vérité. En d’autres mots, mon intention n’a jamais été de réfuter les hypothèses du « Tombeau de Jésus » au prix de la vérité ou au prix d’une présentation injuste des faits. Quelques fois j’ai fait des choix difficiles, comme par exemple la décision de ne pas suivre André Lemaire dans son identification de l’ossuaire de Jacques avec le frère du Seigneur (bien que je partage avec lui et Mr. Jacobivici que l’inscription est authentique). Dans ce cas, j’ai opté pour un choix contre mes propres intérêts puisque cet ossuaire serait la première trace archéologique de la famille de Jésus. Suite à mon choix, j’avais tout intérêt à avantager les arguments en faveur de la présence de cet ossuaire dans le tombeau de Talpiot, ce qui démontrerait que ce tombeau ne pourrait être celui de Jésus. Mais à fur et à mesure que j’ai mis tous les arguments ensemble, je suis arrivé à la conclusion opposée. C’est une question de vérité, aussi quand cela ne me facilite pas les choses. De toute façon, de cette étude j’ai appris énormément et je reste ouvert à toute discussion !
2) En ce qui concerne l’ossuaire de Jacques, je comprends votre argument que la famille de Jésus aurait pu le déterrer en secret pour le placer dans un autre tombeau, celui de Talpiot à l’occurrence. Cette approche pose plusieurs questions : (1) il n’y a aucun témoignage qui affirme que le corps de Jacques ait été déplacé après avoir été enseveli en face du Temple de Jérusalem. (2) dans la tradition juive, ceux qui étaient lapidés ne pouvaient être enterrés dans un tombeau taillé dans les rocs (Misnah Sanhedrin 6 : 5, cité par J. Magness). Jacques, mort par lapidation, ne pouvait donc être placé dans un tombeau taillé dans le roc. Les parents de Jacques auraient donc enfreint une loi de la tradition juive, 3) d’autre part, la famille de Jacques aurait agi en secret, tandis qu’un élément de l’enseignement de Jésus était que ses disciples ne fassent rien en secret : « Il n’y a rien de caché qui ne doive être révélé, ni de secret qui ne doive être connu. » (Luc 12 : 2). Il n’était donc pas dans la nature des premiers disciples d’agir en secret : le déplacement du corps devrait être connu, et les historiens auraient dû en rendre compte. Mais même Hégésippe au 2e siècle situe la tombe de Jacques toujours au même endroit en face du Temple. Manifestement, il ne connaît aucune tradition d’un éventuel déplacement du corps de Jacques. 4) d’autre part, l’ossuaire devait être neuf au moment où il aurait été placé dans le tombeau : alors comment expliquer que le fond ait tant souffert d’humidité, ce qui n’était pas le cas des autres ossuaires du tombeau de Talpiot ? 5) il n’est pas sûr que la présence de terre de Silwan puisse être expliquée, car l’ossuaire ne s’est pas trouvé enfoui dans le sol de Silwan. Comme vous le voyez, cette hypothèse suscite beaucoup de difficultés qui, dans une approche objective, le rend très improbable.
3) En ce qui concerne le succès ou l’insuccès de la Religion, notre désir est d’être fidèle à Jésus. La force de la foi chrétienne est justement que Jésus est le même aujourd’hui et transforme toujours des cœurs, change la vie même de ceux qui vivaient dans la pourriture. Une Eglise qui suit l’évolution du monde me paraît dangereuse car toutes les options du monde ne sont pas pour le meilleur, mais une Eglise qui lève sa voix dans la modernité et proclame en connaissance de cause cette Bonne Nouvelle de Jésus qui nous réconcilie avec Dieu, qui pardonne et offre son Amour m’interpelle toujours. Il faut savoir aussi qu’il y a beaucoup d’Eglises qui se remplissent, car l’Evangile y est proclamé avec foi et espérance, beaucoup de gens y trouvent la paix et un nouveau style de vie.

Bien cordialement,

Emile Carp

Emile Carp a dit…

Cher Florent,

Merci pour votre réaction sur le blog.

Si vous n’avez pas été convaincu ni par le livre « Le Tombeau de Jésus », ni par la lecture de notre blog, alors je vous encourage à creuser vous-même les questions qui vous intéressent. Quand vous posez bien votre question et vous vous documentez de tous côtés vous remarquerez vous-même les arguments, à vous d’évaluer la qualité et la pertinence de chacun, de découvrir les points forts et faibles, ce qui est fermement établi, discutable (impossible à trancher) ou ce qui ne tient pas. C’est ainsi que j’ai lu et étudié presque toutes les publications mentionnées dans les notes et encore bien d’autres. Ce blog n’est qu’un résumé, découvrez via les liens ce qu’écrivent les plus grands spécialistes. C’est passionnant de suivre leurs discussions.

En ce qui concerne la dernière phrase où j’affirme ma conviction que Jésus est vraiment ressuscité, je l’ai intentionnellement faite précéder par les mots « permettez-moi de prolonger les dizaines heures de recherche… » pour marquer la différence entre d’une part la recherche que j’ai voulue la plus objective et sérieuse que possible et d’autre part ma conviction. Ce n’est donc pas cette dernière phrase qui a dirigé l’appréciation des arguments, vous vous en êtes bien rendu compte en lisant les différents sujets abordés. Ce sont les faits qui comptent. Je remarque aussi que dans son livre, M. Jacobovici avance que bien des chrétiens comprennent la résurrection de Jésus comme étant de nature spirituelle. Ou la position historique des Eglises a été d’affirmer la réalité de la résurrection de Jésus, que son corps a revêtu une nature nouvelle, que le tombeau est resté vide. C’est aussi ma conviction, et je crois fermement que pour le chrétien il n’y a aucun antagonisme entre recherche scientifique et foi. N’est-ce pas Pascal qui a dit : « Un peu de science éloigne de Dieu, beaucoup de sciences rapprochent de Dieu. » ? Cela ne devrait donc pas poser de problème de faire un travail de recherche d’une part et d’affirmer sa foi d’autre part, tout en veillant que les recherches soient effectuées de manière intellectuellement honnête. En ce qui me concerne, j’ai fait de mon mieux pour que cela soit le cas.

En ce qui concerne le tombeau de Talpiot, il est clair pour tous qu’il ne peut être le fondement de la résurrection de Jésus. Avec d’autres nous avons établi que le tombeau de Talpiot ne peut être celui de Jésus, mais cela n’établit pas encore la résurrection réelle de Jésus. Celle-ci est fondée sur les témoignages historiques de son temps, particulièrement sur les Evangiles et les autres écrits du Nouveau Testament.

En ce qui concerne la résurrection de Jésus, les quatre Evangiles mentionnent la résurrection. Vous mentionnez Matthieu, lisez le chapitre 28 : 6 – 7 « Il n’est pas ici ; en effet, il est ressuscité, comme il l’avait dit… ». Remarquez que l’événement de la résurrection est lié aux prédictions de Jésus qu’il ressusciterait (Matthieu les indique également). Marc mentionne aussi la résurrection, lisez le chapitre 16 : 6 – 7 (cela fait partie de la version courte) : « vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié ; il est ressuscité, il n’est pas ici ; … il vous précède en Galilée : c’est là que vous le verrez, comme il vous l’a dit. » Remarquez que l’animateur du débat après le documentaire sur TF1, Jacques Legros, s’est gravement trompé quand il a dit que Marc ne parle pas de la résurrection ! Et derrière Marc se trouve l’apôtre Pierre qui est entré dans le tombeau vide et qui a rencontré le ressuscité à plusieurs reprises (dans la chambre fermée à Jérusalem et au Lac de Galilée). Dans la première épître, Pierre confirme son témoignage : « Par lui (le Christ), vous croyez en Dieu qui l’a ressuscité d’entre les morts… » (1 Pierre 1 : 21). Bien que Luc n’ait pas été témoin de la résurrection, ni Paul je vous joins sur ce point, Luc donc a fait des enquêtes approfondies auprès des témoins oculaires (Luc 1 : 2). Comme médecin et homme cultivé il a fait un travail de professionnel pour son temps. Je partage avec d’autres que Luc ait été rédigé au plus tard au début des années 60 (avant la rédaction des Actes des Apôtres), et que Marc a été rédigé avant cette date. Cela démontre qu’au moins deux Evangiles ont été rédigés dans les 30 ans qui ont suivi l’événement pascal. Michael Horner, dans son article « Jésus est-il vraiment ressuscité des morts ? » (www.ilyaplus.com, deux articles), affirme – sur base de la littérature grecque et romaine – qu’il faut au moins 50 ans avant qu’une légende ne puisse effacer les faits historiques. Il donne bien d’autres arguments très intéressants qui valent la lecture.

J’aimerais juste ajouter que Paul n’invente rien par rapport à la résurrection. Il écrit aux Corinthiens (1 Cor. 15 : 3 – 4 ) : « Je vous ai transmis, avant tout, ce que j’avais aussi reçu : Christ est … ressuscité le troisième jour, selon les Ecritures ». Ce texte, considéré par les exégètes comme une des premières confessions de foi, a été reçu par Paul. Il date donc de bien des années avant la rédaction de l’épître en question, certains spécialistes situent ce texte comme appartenant encore aux années 30. Même James Tabor, qu’on voit aussi dans le documentaire, écrit dans un article récent qu’il « doit bien être d’accord avec les apologètes évangéliques que Paul connaissait une tradition d’un tombeau vide » (http://www.sbl-site.org/Article.aspx?ArticleId=651). La résurrection de Jésus n’est donc pas une invention tardive. En effet, depuis le jour de la Pentecôte, Pierre proclame haut et fort que Jésus est ressuscité, que le mort n’a pas pu le retenir (Actes 2 : 24 es.). Et il mentionne particulièrement le Psaume 16 : 8 – 11 qui donne tout son sens à la résurrection. L’arrière plan des Ecritures (AT) pour la compréhension de la vie (y compris la résurrection) de Jésus est un élément essentiel pour la compréhension de l’événement. L’oublier c’est aborder le sujet en dehors de son contexte historique.

Il y a encore énormément à dire par rapport à la réalité de la résurrection : de la signification des termes grecs, du rapport entre la résurrection de Lazare et celle de Jésus, jusqu’aux multiples théories avancées en vain pour expliquer le tombeau vide. J’aimerais juste te recommander deux livres : 1) « La Résurrection. Des faits historiques confirment-ils la résurrection de Jésus-Christ ? » 254 p, par Josh McDowell, Editeurs de Littérature Biblique, 1987, 2) « Jésus : la Parole est à la défense », p. 217 – 310, par Lee Strobel, Editions Vida, 2001. Ce sont des livres passionnants à lire, des mines de renseignements.

Quand les chrétiens proclament que Jésus est « vraiment » ressuscité (cf. la salutation des Orthodoxes le jour de Pâques), il ne s’agit pas d’un mirage, mais d’un événement humainement incompréhensible et pourtant bien réel. A la différence des fondateurs des autres religions, le tombeau de Jésus est vide. Quand certains cherchent des ossements de Jésus, nous leur disons : « Ne cherchez pas le Vivant parmi les morts » (cf. Luc 24 : 5).

Que Dieu te bénisse Florent,

Emile Carp

Emile Carp a dit…

Pour creuser la question de la résurrection de Jésus, voici quelques articles excellents sur le sujet :
- La résurrection de Jésus-Christ : un événement historique ? http://www.unpoissondansle.net/faq/faq009.php
- Résurrection de Jésus-Christ
http://www.info-bible.org/histoire/resurrection.htm
- Jésus est-il vraiment ressuscité des morts ? http://www.ilyaplus.com/spiritualite/resurrection1.html
http://www.ilyaplus.com/spiritualite/resurrection2.html
http://www.ilyaplus.com/spiritualite/resurrection3.html
http://www.ilyaplus.com/spiritualite/resurrection4.html
- La résurrection, le fondement de l’espérance chrétienne http://perso.orange.fr/bouquetphilosophique/newpage11.html
- Jésus est-il vraiment ressuscité ?
http://www.prestoweb.ca/12vxpaq/31resurr.html

Bonne lecture à tous,

Emile Carp

Anonyme a dit…

Remarques pertinentes du Rabbin Marc Gellman

Le rabbin Marc Gellman, interviewé par Newsweek, déclarait que cette
affirmation était la plus outrageante qu’il ait jamais entendue contre la chrétienté.
De plus, quelque chose le perturbe : « La première chose qui m’a donné des doutes
au sujet de cette affreuse annonce fut l’opinion émise par un Juif orthodoxe (le
producteur de films, Simcha Jacobovici), supposé avoir découvert une tombe
contenant les ossements de Jésus, de Marie Madeleine et de leur prétendue famille.
Je ne pense pas que le dialogue interreligieux s’améliore lorsqu’un producteur de
film juif insinue de telles choses. Il existe trop de questions sans réponses et trop
d’intérêts financiers en jeu pour me laisser penser qu’une réelle preuve a été
apportée. »
Le rabbin fut également surpris d’entendre la réponse de certains milieux
chrétiens déclarant que « Seul le corps spirituel de Jésus est ressuscité et non pas
son corps de chair. » Selon le rabbin Gellman, « La ligne séparant les chrétiens des
non chrétiens n’est pas entre ceux qui pensent qu’aimer tout le monde est bien et
ceux qui disent le contraire, la séparation se fait entre ceux qui croient que Jésus
est ressuscité d’entre les morts le troisième jour, ce qui prouve qu’Il est réellement
le Messie envoyé par Dieu, et ceux qui ne le croient pas. »
« Au coeur d’Israël » - Mai 07

Anonyme a dit…

quelle grande famille vous devez avoir pour n'avoir que des commentaires élogieux sur votre "article"...Suite au "documentaire d'hier soir sur France 2 , d'Arnaud Poivre d'Arvor, je pensais devoir attendre longtemps avant de voir une étude si baclée...et bien non, 24 heures après je découvre votre blog. Baclé...pas vraiment, partisan assurément....
Je constate simplement que les 2000 ans d'obscurantisme de la part du Vatican vont perdurer, quand bien même les études scientifiques prouve de façon irrefutable que Jesus est bel et bien MORt et ENTERRE que Marie est MORTE et ENTERREE...
Que des faits historiques et scientifiques puissentébranler votre foi, certes, mais ne tombez pas dans la caricature...
En passant j'ai juste deux petites mauvaises nouvelles à vous annoncer...La terre est plate, et l'homme descend du singe...
LAïquement votre.

Emile Carp a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Emile Carp a dit…

Cher Ami,

Veuille m'excuser de vous répondre si tardivement, mais au mois d'Août nous étions en vacances.

Tout d'abord, plusieurs personnes qui ont une autre conviction ont bien laissé leurs commentaires sur le blog. Par exemple la lettre de Michel A. que vous trouvez dans la suite du premier article. Il pose 12 bonnes questions, ce qui nous a permis de les creuser et d'y répondre.

Sache que tous les commentaires sont publiés (tant que le langage soit correct), car la force du chrétien est de pouvoir écouter des points de vues différents, d'y réfléchir et d'y répondre.

En ce qui concerne notre blog, sachez qu'il est basé sur des dizaines d'articles dont bon nombre rédigés par des professeurs universitaires. Nous en présentons une synthèse dans un langage abordable pour les lecteurs et sans vouloir être exhaustif, laissant volontairement un champ libre pour la discussion et l'approfondissement. Ainsi, je m'étonne de ce qu'aucun lecteur jusqu'à présent à réagi sur l'article qui concerne la probabilité statistique. Là, il se trouve plusieurs éléments qui méritent discussion.

D'autre part, il faut savoir que ce blog a été publié avant la projection du documentaire sur TF1 le 29 Mai 07 (à l'exception de l'article concernant l'ossuaire de Jacques). Nous n'avons donc pas encore intégré bien des remarques suscités par sa vision. Rien que par rapport à l'article sous lequel vous écrivez, il y a au moins une raison supplémentaire à ajouter. Et les commentaires de certains scientiques, comme celui de l'ingénieur de l'Université de Lakehaed, nécessite une analyse pertinente car manifestement il n'a pas été informé qu'il s'agit d'un tombeau multigénérationnel. D'autre part, je n'ai pas encore répercuté les réactions des scientifiques interviewés dans le documentaire après sa transmission aux E.-U. Le Dr. St. Pfann dans l'article "The Experts weigh in and bow out" (www.uhl.ac)en fait un inventaire significatif. J'avoue donc que le blog est quelque part "bâclé" et a beaucoup à gagner en pertinence en intégrant ces éléments du documentaire et d'articles scientifiques.

Si vous trouvez que ce blog est bâclé, alors il vous est très facile à réagir et à dire ce qui ne va pas !!! J'attends donc vos remarques de fond. Je réfléchirai avec vous, et vous répondrai (même si cela peut prendre un peu de temps).

En ce qui concerne d'autres sujets, comme par exemple l'origine de l'homme, je ne l'aborde pas, car mélanger les sujets est un signe de faiblesse. J'ai pris le choix de rester sur le sujet pour l'approfondir d'avantage. C'est ailleurs que je serai heureux de discuter d'autres sujets.

Pour terminer, sache, cher Ami Laique, que la résurrection de Jésus est historiquement et scientifiquement aussi bien sinon mieux attesté que son enterrement. Je t'encourage à lire les articles mentionnés dans mon post du 12 Juillet. Et le fait que Jésus est vivant, qu'Il transforme des coeurs de milliers de personnes, est une bonne nouvelle pour tous.

Bien respectueusement,

Pasteur Emile

Anonyme a dit…

Monsieur Pasteur Carp.
J'ai parcouru votre blog, et vos arguments ne me suffisent pas a covaincre. Pourquoi ? Parce qu'il sont partis pris du debut a la fin. Vous tenez pour vrai des ecris qui sont a mon avis, des reflexions philosophique, des paraboles...
Il me parait evident que si un mouvement est pescécuté, il va s'exprimé en langage codé. Ne feriez vous pas la meme chose pour votre survie ?. Par conséquent vos arguments ne sont pas recevable. La science a toujours progressée et demontré en remettant en cause ce qui a été decouvert ou raporté par le passé. Pour ma part les ecris ne sont pas des preuves tangibles : j'ecris aujourd'hui "je suis sur un petit nuage", dans 2000 ans il est possible que la personne retrouvant cette phrase, crois que j'etais physiquement sur un nuage... absurde non ? pas tant que ça, si la phrase est prise au pied de la lettre sans recul suffisant pour s'affranchir de ses mythes. Et je vous invite a faire de meme : s'affranchir d'un dogme avant de ne pas avoir le jugement biaisé et de progresser vous aussi.
Cordialement, cryoxyde

Anonyme a dit…

Quelle belle réponse à votre argumentation. N'étant ni de l'un ou de l'autre des côtés en matière de certitudes, j'ai vu en le reportage de The Lost Tomb Of Jesus une intéressante histoire pleine de questions impossibles à solutionner par votre raisonnement ‘biblique’ ou par la pseudo ‘évidence scientifique’ de votre opposant. Qui a raison, qui a tort ? Qui sait ou qui saura jamais… Une chose par contre me taquine un peu : l’auto obscurantisme que les différentes religions s’imposent sous le couvert de leur ‘saintes écritures’. Ce n’est pas écrit, conclusion ce n’est pas arrivé. Aux dernières nouvelles, il n’est pas question des plus que probables multiples défécations de Jésus au cours de sa vie. Que doit-on en conclure ? Que si le Nouveau Testament n’en parle pas, ça n’est jamais arrivé ? Ou que si nous n’avons pu en analyser des échantillons en laboratoire, son existence ne peut-être prouvée ?

Emile Carp a dit…

Cher cryoxyde,

J’ai lu avec intérêt votre réaction que j’apprécie.
Permettez-moi d’y apporter quelques éléments de réponse.

Tout d’abord, sachez qu’avant de rédiger ce blog j’étais pleinement conscient de mes présupposés. Chacun en a (vous partagez les vôtres à la fin du 1er paragraphe) et fait son interprétation à travers de sa grille de lecture. Il n’y a rien à reprocher que quelqu’un ait des présupposés, il est au contraire important d’être conscient de leur présence pour éviter qu’ils ne nous mènent à une compréhension biaisée.

J’aimerais te dire notre présupposé fondamental : Dieu est la vérité. Avec ce présupposé, il est du devoir du chrétien de rechercher la vérité en toutes choses, la vérité est toujours à la gloire de Dieu. Comme chrétiens, devant Dieu, nous sommes responsables de chercher ce qui est vrai, non pas ce qui nous arrange. Cela veut dire que nous devons être prêts à remettre nos présupposés de départ en question. Avant de commencer l’étude de ce sujet, j’ai identifié mes présupposés et je me suis bien posé la question si je voulais changer de point de vue si la vérité m’y conduirait (avant de commencer l’étude je ne savais pas où l’étude me mènerait). Ma réponse était « oui » parce que le Dieu de la Bible est le « Dieu de vérité » (Psaume 31 : 5) et il n’y a pas de place pour le mensonge en lui (Nombres 23 : 19).

Sur base de ce présupposé fondamental, j’ai lu et examiné librement tout article que j’ai eu sous la main (toutes tendances). De même, nous avons lu et publié toutes les lettres postées, quelles que soient les points de vue. Car celui qui a le souci de la vérité lit tout, en apprécie les points forts, réfléchit sur les interpellations, réagit par rapport aux différences.

Dans le sujet du tombeau de Talpiot, il s’agit d’un sujet archéologique, et non pas des écrits du NT. Le sujet en question ne relève pas d’une interprétation biblique, mais pose la question si ce tombeau a été celui de la famille de Jésus. Si c’est le cas, il y a une révision à faire de la compréhension des textes du Nouveau Testament. Si par contre ce tombeau, à la lumière de l’archéologie, de l’histoire et des sciences n’est pas celui de Jésus, alors les textes du Nouveau Testament gardent toute leur pertinence. C’est à cette conclusion que nous sommes arrivés. D’autres qui ont une autre lecture biblique que nous sont arrivés à la même conclusion. En soi, le tombeau de Talpiot ne prouve pas la résurrection de Jésus, ce n’est qu’un tombeau parmi des centaines d’autres. Mais il nous renvoie à la personne de Jésus et à la question de sa mort et de sa résurrection. Dans ce domaine, les textes du Nouveau Testament gardent toute leur fiabilité.

Je peux te dire, cher cryoxyde, que les dernières décennies les textes du Nouveau Testament ont gagné en fiabilité. La datation des Evangiles, préconisée tardive il y a peu de temps, s’avère être bien plus précoce. Pour l’Evangile de Marc la date proposée pour la rédaction se situe entre 45 et 56, pour l’Evangile de Luc entre 57 et 62 (cf. Michael Horner, http://www.ilyaplus.com/spiritualite/resurrection2.html). D’autres, je pense à J.A.T. Robinson, affirment que l’Evangile de Jean serait le plus ancien des Evangiles (cf. Redating the New Testament, p. 254 – 311). En d’autres mots, les Evangiles ont été rédigés du vivant des témoins oculaires, par les apôtres ou ceux qui travaillaient sous leur autorité, avant que des légendes n’aient pu se développer.

Puisque je me suis mis en question au départ et qu’une réponse a été apportée à l’aide de l’archéologie, de l’histoire et des sciences, je peux dire aujourd’hui avec une conviction totale que toute relation entre le tombeau de Talpiot et la famille de Jésus n’a aucun fondement sérieux. Ce n’est pas une compréhension biblique qui m’a mené à cette conclusion, tu as pu le constater en lisant les divers articles. C’est ensuite, et cela est bien ma foi fondée sur la Bible, que je j’affirme que Jésus est vraiment ressuscité.

Comme tu m’as demandé à me remettre en question, je veux te poser la même question : es-tu prêt à mettre tes convictions en question ?

Bien cordialement,

Pasteur Emile

Dawney a dit…

Je vous remercie grandement pour votre travail, enfin quelque chose qui va me permettre de réfuter les arguments apporté par mes amis non croyants. Mon pasteur a eu l'occasion de parler à l'archeologue en chef de Jerusalem il y a quelques années, il lui a demandé ce qu'il pensait de la découverte qu'il avait fait dans les années 80 (ce fameux tombeau) et celui ci lui a répondu: Ne croyez en rien de ce qui est raconté dans les media, mon collégue et présentement devant les tribunaux pour falsification du tombeau.

je n'arrive pas à croire que les média cache de tels elements au peuple, c'est de la désinformation et de la tromperie à l'état pur..

Merci encore pour votre magnifique recherche, je prie pour qu'elle éclate dans les media (ou du moin la population)

Que le Seigneur vous bénisse!